[Rencontre] L’envers du décor d’Instagram : de la lumière à l’anonymat

Aujourd’hui j’ai décidé de donner la parole à Liloé, jeune femme devenue star d’Instagram en quelques mois et qui a aujourd’hui décidé de tout arrêter.

Instagram est devenu LE réseau social à la mode, que tout le monde aime, qui nous inspire et nous permet de partager nos petits moments et nos jolies photos. Pourtant il a également été élu réseau social le plus anxiogène. Et personnellement, cela ne m’étonne même pas. La pression, la recherche de perfection, le manque d’honnêteté et de transparence. Ce tout qui nous est caché et qui pourtant a d’énormes conséquences sur ces personnes que l’on adule tant.  

Je vous laisse donc avec Liloé, ses débuts sur Instagram, son parcours de fitgirl, ses désillusions et puis ses rêves pour l’avenir.

L'envers du décor : Instagram, de la lumière à l'anonymat. Témoignage d'une influenceuse

Bonjour Liloé, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Liloé, j’ai 22 ans, et j’habite dans le sud de la France. J’ai débuté sur Instagram en 2015 sous le pseudo de lileo_fit, sans jamais imaginer tout ce que cela allait me réserver…

Pourquoi as-tu créé ton premier compte Instagram ?

Au début j’ai créé un compte Instagram « sportif » pour me motiver, je partageais mon quotidien de débutante en fitness/motivation. Ce n’était pas encore trop la mode comme maintenant,je partageais mes entraînements, mes repas, mes avant-après…

C’était un super moyen pour moi de continuer à rester motivée, j’avais l’impression de devoir prouver des choses à mes abonnés. Je ne pouvais donc pas abandonner.

Au fil du temps mon Instagram à commencer à prendre de plus en plus d’ampleur et le nombre d’abonnés a grimpé.

Qu’est-ce que t’a apporté Instagram au fil des ans ?

Énormément ! Et e ne le renierais jamais, malgré tout ce que j’en pense maintenant. Grâce à ce réseau j’ai pu faire des rencontres vraiment formidables que je n’oublierais jamais. C’est la dimension d’Instagram que je préfère, le partage, les  rencontres… Les abonnés toujours plus gentils et incroyables.

Cela m’a également apporté un peu de confiance en moi. J’ai toujours manqué de confiance et à l’époque où j’ai commencé Instagram, j’étais un peu perdue, je ne savais pas trop quoi faire de ma vie, je ne voyais pas grand monde etc… Donc en plus d’être un énorme passe-temps, ce réseau m’apportait  des compliments, des gens qui avaient l’air d’envier ma vie… Je me sentais appréciée, enviée et franchement, tout le monde ne peux qu’aimer ce sentiment. Mais en contrepartie c’est assez bizarre car même si je me sentais un peu plus en confiance quand j’étais dans ma bulle devant mon portable, dès que je sortais c’était différent.

La musculation et plus particulièrement Instagram m’ont aussi fait me renfermer sur moi-même et surtout complexer énormément sur mon physique. Plus je devenais « bien »  physiquement (du moins selon la société), plus j’étais complexée. L’année où j’ai fait le plus de musculation j’étais incapable de me mettre en short l’été. Je me mettais une pression énorme  sur les épaules, c’était insoutenable.

Et puis pour finir, bien sûr Instagram m’a apporté beaucoup de partenariats…

L’envers du décor d’Instagram : remises en question d’une influenceuse - Pêche & Eglantine

Quand les partenariats ont-ils débuté ? Et quel est ton avis la dessus ?

Je dirais qu’ils ont débuté aux environs de 10k abonnés. J’ai un avis assez partagé sur cette question. D’un côté je trouve cela bien pour les personnes qui, comme moi, n’ont pas les moyens de s’acheter certains produits. J’ai reçu des produits que je n’aurais jamais pu m’acheter de moi-même et dont je me sers encore aujourd’hui au quotidien. Je sais que pour certaines personnes c’est incompréhensible, mais croyez moi que n’importe quel être humain accepterait ces « cadeaux ».

Cependant, il faut savoir faire la part des choses. Il faut trier les demandes, ne pas accepter n’importe quoi, rester dans le thème de son compte et ne pas faire de la publicité intensive, sinon, oui, cela devient insupportable et donne l’impression aux abonnés d’être pris pour des idiots. Il faut aussi rester sincère avec ses abonnés. Si l’on n’a pas aimé un produit, il faut le dire, ou alors ne pas en parler. Personnellement quand on fixait les conditions des partenariats avec les marques je disais toujours «  Si je n’aime pas votre produit, je vous en informerai puis vous déciderez si vous souhaitez que j’en parle quand même ou pas du tout ». Cela m’a permis de rester honnête avec mes abonnés.

Si tu pouvais revenir en arrière, changerais-tu quelques choses ?

Oui, je changerais pas mal de choses. Déjà le fait d’être autant accro à ce réseau. Pendant des années je passais mon temps dessus, je ne ratais aucune publication, je postais tous les jours au moins 2 photos… c’est beaucoup trop.

Je prendrais également plus de recul. Instagram n’est pas la vraie vie. Et ça je ne cesse de le répéter. Quand on est jeune on est souvent influençable, et lorsque l’on voit toutes ces personnes avec des corps « parfaits », toujours en vacances, toujours en train de sourire etc., on se dit « mais mince, pourquoi moi ma vie est pas comme ça ? Pourquoi moi je me fais chier à aller au lycée tous les jours, à bosser tous les étés ? ». Ça m’a pris un temps pour arriver à accepter et comprendre le fait que chaque personne sur Instagram ne met en avant que des petits moments de vie, que c’est généralement surjoué, que chacun se met toujours dans son meilleur angle, sa meilleure position etc…
Instagram c’est un peu comme une pièce de théâtre.

Pour finir, je ne me mettrais pas autant de pression au niveau de mon physique. J’essayerais de m’accepter comme je suis plutôt que de vouloir à tout prix ressembler à ces fitnessgirl. En fait, je crois tout simplement que j’effacerais toute cette partie « musculation/fitness ».

L’envers du décor d’Instagram : remises en question d’une influenceuse - Pêche & Eglantine

Quand as-tu remarqué qu’Instagram devenait pesant et que ton compte ne te ressemblait plus vraiment ?

C’est venu petit à petit, je commençais à trouver que je postais toujours les mêmes photos, qu’il n’y avait aucune esthétique là-dedans… Le déclic est vraiment venu quand j’ai dû arrêter la musculation à cause de mes nouvelles études, et surtout partir dans un nouvel endroit, où je ne connaissais personne. Sans musculation et donc sans pouvoir faire « rêver » les gens avec mon corps,  j’ai eu la sensation que je ne servais plus a rien et donc qu’au final c’était à la limite de la « prostitution visuelle » (même si le mot est fort).

D’un coup je me suis dit «  Mais POURQUOI est-ce que tu t’affiches autant sur un réseau que le monde entier peut voir?!». Dans la vraie vie je ne suis pas du tout quelqu’un de m’as-tu vu, au contraire, cela ne me ressemblait pas du tout. Quand je suis arrivée dans ma nouvelle classe, je ne voulais surtout pas que mes camarades apprennent que j’avais un « gros » compte Instagram, c’était devenu une honte pour moi. Ce qui montre déjà bien que je n’étais pas du tout à l’aise avec ce que je faisais. C’est à ce moment-là que j’ai supprimé toutes mes photos un peu trop « dénudées ». Cela m’a énormément soulagée.

Un autre point qui m’a fait prendre conscience de tout cela à été le nombre de compte « fitness » qui émergent de toutes parts depuis quelques mois. J’avais l’impression que nous étions des moutons à partager nos «  morning shape » et nos produits, tous identiques puisque provenant des mêmes partenaires… Cela ne me plaisait plus du tout. Je n’y voyais plus d’intérêt et j’avais l’impression que cette « nouvelle » vague de personnes était de plus en plus trash, prête à tout pour quelques likes.

Pourquoi être passée de liloe_fit à lil_happiness ?

Tout simplement quand j’ai arrêté la musculation à outrance et que j’ai supprimé toutes mes photos « fitness ». Il était indispensable que j’enlève ce « fit » de mon pseudo, ce mot qui me faisait limite honte. Je ne voulais plus du tout faire partie de cette catégorie de personne, j’étais a la limite du dégoût.

Happiness c’est simple, mon but dans la vie c’est juste d’être heureuse, de trouver mon bonheur. Et j’aime partager mes petits moments de bonheur avec mes abonnés, que ce soit avec une bonne pizza ou un beau paysage. 

En même temps que j’ai changé de pseudo, mon Instagram a pris une autre tournure, plus esthétique, j’essayais de faire des jolies photos etc. Je voulais à tout prix que les gens comprennent qu’il ne faut pas s’attacher à des petites choses insignifiantes (comme un peu de cellulite par exemple) et que le plus important est de trouver ce qui nous rend vraiment heureux. J’ai essayé tant bien que mal de faire passer mon message.
A ce moment-là de ma vie j’ai également commencé de nouvelles études, rencontré des gens formidables et passé une des meilleures années de ma vie. J’ai également rencontré mon chéri… Donc je ne pouvais être qu’happy ahah !

L’envers du décor d’Instagram : remises en question d’une influenceuse - Pêche & Eglantine

Pourquoi dis-tu qu’être « influenceuse » ne te convient pas ?

Parce que, qui dit influenceuse, dit que j’influence les gens. Or selon moi, je n’ai  aucun pouvoir. Je ne veux pas que les gens prennent exemple sur moi, que l’on pense que j’ai une vie extraordinaire, un physique parfait. Ce n’est pas du tout le cas. 

Et puis c’est un énorme poids à porter sur les épaules, il faut toujours faire attention à ce que tu postes, à ce que tu dis… Il faut rentrer dans le moule or je n’ai aucune envie de rentrer dans le moule ! J’aimais bien faire des coups de gueule, ouvrir ma grande bouche ahah. Dénoncer tout ce qui ne me plaisait pas. J’espère que si j’ai eu une quelconque influence sur les gens, qu’elle a été positive. Mais encore une fois, je ne veux  absolument pas me considérer comme influenceuse.

Quel rapport entretiens-tu aujourd’hui avec Instagram ?

Aujourd’hui je sais que j’ai besoin de me détacher d’Instagram. Même avec ce compte déjà un peu plus à mon image, je n’arrive toujours pas à trouver ma place. Il y a encore trop de « liloe_fit », trop d’anciens démons présents. C’est extrêmement dur de supprimer un « gros » compte, j’y ai pensé très souvent, mais je n’ai jamais réussis jusqu’à présent, par peur de regretter, peur de perdre toute cette attention ( ah.. l’humain et son besoin continuel d’attention….)

Mais souvent derrière ces gros comptes où les gens ne voient qu’une belle photo et un texte bien travaillé il y a une addiction, des heures à se demander «  est-ce que cette photo va plaire, est-ce que je vais avoir des likes? », à réguler toute sa vie en fonction de cela, à n’aller que dans des lieux ou des restaurants qui ressortiront bien en photos. Et puis surtout à se mettre une pression monstre quand tu n’as aucune photo à poster mais qu’il faut absolument que tu en postes une par jour minimum. A ressentir une grande déception quand la photo n’a pas le succès voulue… Bref les coulisses d’Instagram ne sont pas toujours roses ! Et même si je généralise beaucoup, je sais que tous les influenceurs ont déjà pensé ce que j’écris. C’est souvent très dur de l’avouer, car souvent on ressent un peu de honte d’être aussi  « superficiel ».

Bref, aujourd’hui, je ne suis pas encore capable d’arrêter totalement Instagram. Tout d’abord parce que j’aime ce réseau, j’aime son principe, le partage de photos avec d’autres personnes, les rencontres etc.. Mais j’ai su prendre le recul nécessaire pour ne pas afficher trop de mon intimité, desceller le vrai du faux, ne pas me faire avoir. Grâce à tout cela, j’arrive facilement à voir quels sont les comptes qui font ça vraiment par passion, et ceux qui sont juste là pour redorer leur égo et gagner quelques cadeaux.

C’est pour ça que je prends la décision de supprimer totalement ce compte, pouvoir repartir à zéro, sur de nouvelles bases.

L’envers du décor d’Instagram : remises en question d’une influenceuse - Pêche & Eglantine

Penses-tu réussir à te détacher du nombre de likes et de commentaires ?

J’espère, et je suis sur la bonne voie. C’est vrai que l’on devient vite accro à avoir plein de likes, se sentir intéressant. C’est bien d’avoir 60k abonnés, tu te sens important. Seulement il faut savoir que sur TOUS les gros comptes, il y a environ 70% d’abonnés fantômes. Au début, oui, j’étais attirée par ce gros chiffre, peu importe le reste. Mais  avec le recul, je trouve cela tellement nul. Il n’y a aucune fierté à obtenir tous ces abonnements. Et avec le temps, ce nombre d’abonnés me dérangeait énormément.  

C’est ce qui me fait prendre la décision de supprimer ce compte. Pour moi Instagram c’est le partage avant tout, je m’en fiche d’avoir 10000 likes parce que j’ai posté une photo de « mes fesses » si c’est pour avoir à côté 10 commentaires du genre «  t tp bel bb », non merci ce n’est pas pour moi. Je préfère désormais avoir une petite communauté, mais qui participe, qui est vraiment là, qui apprécie sincèrement ma personnalité. Beaucoup rêvent d’avoir beaucoup d’abonnés, mais croyez-moi sur parole, cela ne rend pas du tout plus heureux.

Sur ton ancien compte tu partageais énormément de ta vie, ton quotidien, comment vois-tu ton Instagram mi- privé mi-public aujourd’hui?

Avec ce nouveau compte tout propre et débarrassé de tous ces abonnés fantômes, je veux continuer à faire un peu ce que je faisais avec « lil_happiness ». Partager mes petites photos, ma petite vie banale, mes découvertes etc… Je me sens super bien, je pense avoir pris la meilleure décision possible pour moi. Et j’adore ma communauté, vraiment adorable, pleine de bienveillance.

Cela ne me dérange pas que mon compte prenne un peu plus d’ampleur car maintenant je connais et je saurais gérer, mais cette fois je ferais toujours le tri et ne garderai que les gens qui seront vraiment être présents.

 L’envers du décor d’Instagram : remises en question d’une influenceuse - Pêche & Eglantine

Un petit mot pour conclure ? Un conseil à donner avant de se lancer ?

Pour finir, je tiens à préciser que tout ce que j’ai dit est un avis personnel, ce n’est que ce que JE pense et je ne vous oblige pas à penser cela. Chacun sa manière de voir les choses et je le respecte. Mais s’il vous plait, faites ce qui vous plaît réellement et non pas juste pour rentrer dans un moule. Faites les choses pour vous, n’essayez pas de devenir un personnage sur les réseaux, restez tel que vous êtes car vous verrez vite qu’à long terme, ce n’est pas tenable.

Merci à tous ceux qui ont toujours été là, vous êtes tous géniaux, vos petits mots me font souvent très chaud au cœur.
Et merci à toi d’avoir eu cette belle idée et de me donner l’occasion d’apporter une belle conclusion à cet Instagram !

Eh voilà, j’espère sincèrement que cette conversation vous a plu. Pour ma part j’ai trouvé l’histoire de Liloé touchante, courageuse et pleine de sens. Je ne vais pas faire de tirade sur Instagram mais je suis d’accord avec le fait qu’il est essentiel de rester soi-même, de prendre du recul et de ne pas constamment chercher à augmenter son nombre d’abonnés. A quoi cela vous servirait ?

Je suis curieuse d’avoir votre avis sur Instagram ? Que pensez-vous de ces comptes influents dont les photos font rêver ? Et si vous faites partis de ces personnes influentes, comment gérez-vous tout cela ?

Bisous,

Pêche

 

Enregistrer

Publicités

26 réflexions sur “[Rencontre] L’envers du décor d’Instagram : de la lumière à l’anonymat

  1. Très intéressant ton post, c’est la première fois que je peux lire un article sur ce sujet et j’ai beaucoup aimé, on y apprend beaucoup de choses. Merci d’avoir interviewé cette instagrameuse. Ces photos sont magnifiques! des bisous!

    J'aime

  2. J’ai adoré cet article, honnête et qui pousse à la réflexion. En fait j’aime surtout le fait que Liloé ait pu autant se remettre en question afin de rester authentique ! J’aime suivre des comptes qui font rêver (ou qui m’apportent autre chose), mais c’est clair qu’il faut faire la part des choses et garder en tête qu’il y a aussi beaucoup de mise en scène… pour le reste je suis surtout sur instagram pour partager/discuter donc les gros comptes avec beaucoup d’abonnés fantômes je trouve ça dommage, j’aime quand il y a de l’interaction même si je trouve que ce n’est pas toujours facile d’en trouver. Justement car j’ai l’impression que maintenant il y a plus une course aux abonnés qu’à l’échange…

    J'aime

    1. Oh merci beaucoup !
      J’ai aussi adoré pouvoir partager son histoire et démontrer qu’Instagram n’a pas que des bons côtés..
      D’ailleurs je suis totalement d’accord avec toi, j’aime instagram pour l’échange, le fait de pouvoir partager de bons moments et tisser des liens avec des personnes qui nous ressemblent (ou pas!). J’ai une petite communauté et je l’adore ! Je ne vois pas l’utilié d’avoir des milliers d’abonnés si aucun ne s’intéresse réellement à ce que tu fais …
      Bisous ma douce et à bientôt,
      Pêche

      J'aime

  3. J’ai adoré cette interview, cela fait du bien de voir que les gens prennent conscience qu’Insta a son côté sombre et que cela peut devenir dangereux pour notre psychique. L’histoire de Liléo est touchante.

    J'aime

  4. Ton article est très intéressant d’autant plus car il pousse à se questionner. Personnellement, mon compte a relativement peu d’abonnés mais cela ne me pose pas de problème même si je reconnais que je regarde de temps en temps le nombre. Ce qui m’intéresse vraiment c’est l’échange, la découverte et le partage possible grâce à ce réseau. J’aime poster des photos de mon quotidien, elles ne sont pas parfaites et je ne poste pas toujours régulièrement mais cela me convient. Je ne veux pas jouer un personnage, ni me mettre de la pression. Alors je poste quand bon me semble, quand j’ai le temps et l’envie, peu importe que la photo ne soit pas considérée comme adaptée par rapport aux autres de mon compte.

    Aimé par 1 personne

    1. Je suis tellement d’accord avec toi ! J’ai aussi un petit compte et cela me remplit de joie. J’aime partager mes moments de bonheur, échanger avec d’autres sur tout et n’importe quoi. Instagram est un super moyen pour partager des tranches de vie et rencontrer des personnes géniales. Je préfères mille fois ma petite communauté avec qui je peux vraiment échanger plutôt que des milliers d’abonnés qui ne s’intéressent absolument pas à ce que je fais !
      Bisous ma douce et à bientôt,
      Pêche

      Aimé par 1 personne

  5. Hello ! J’ai trouvé ton article hyper intéressant et je suis contente d’avoir lu cette interview. Comme tout dans la vie, il faut faire la part des choses. Malheureusement, il y a des périodes ou l’on est plus vulnérable que d’autre. Je me suis réfugié dans mon blog Bien Après sa création, quand j’avais du temps et j’ai évolué rapidement à ce moment là. Depuis mon rythme de vie a changé et je n’ai plus les mêmes résultats mais je suis satisfaite d’avoir trouvé un équilibre.
    Dans tout les cas, créer du contenu uniquement pour avoir du succès et des partenariats ca n’apporte jamais rien de bon…

    Bise, à bientôt
    Marine (DeuxAimes)

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup !
      Oui comme tu le dis il faut bien faire la différence entre le réel et l’illusion donnée. C’est vrai qu’instagram peut être un bon moteur mais il faut tout de même s’en méfier…
      C’est vrai que l’on rêve tous de donner plus de visibilité à nos blogs/réseaux. Je passe des heures et des heures sur mon blog et j’ai parfois l’impression que cela ne sert à rien… Mais en même temps je ne veux absolument pas mettre de côté mes valeurs pour un peu de renommée. Je préfère largement garder mon petit blog que devenir avide de popularité !
      J’ai fait le choix de rester moi, partager et écrire sur ce qui me plait et peu importe à quoi cela me mènera, j’en serai fière.
      Bisous ma belle et merci ,
      Pêche

      J'aime

  6. J’ai pris plaisir à lire cet interview. On ressent l’honnêté et un peu de fragilité à travers les mots employés. Comme tout, instagram peut devenir dangereux s’il est utilisé avec abus, et avec naïveté. J’essaye de prendre du recul quand je regarde les photos, et de ne pas trop comparer, car ça a vite de quoi ruiner le moral. Alors qu’au final, comme énoncé dans l’article, le bonheur se trouve dans les choses simples du quotidien.

    J'aime

    1. Merci Alexandra et tu as tout à fait raison. La vie et le bonheur sont bien loin d’Instagram. C’est un réseau social très intéressant mais il faut réussir à faire la part des choses car cela peut très vite devenir nocif, à la fois pour les « instagrameurs » connus mais aussi pour les utilisateurs lambdas…
      Bisous ma belle et à bientôt,
      Pêche

      J'aime

  7. J’ai adoré cet article, c’est génial que tu aies laissé Liloe nous livrer tout son ressenti par rapport à Instagram. Je trouve aussi que ce réseau social peut être oppressant, même si comme elle j’adore son concept de base. On ne peut s’empêcher de se dire qu’il faut qu’on fasse toujours mieux et ça peut bouffer la vie. Il faut arriver à prendre du recul et poster vraiment ce qu’on aime pour le partage et pas seulement avoir des likes ou faire comme tout le monde !
    Léa

    J'aime

  8. Ce que raconte cette jeune femme sur instagram est aussi valable pour les blogs mais peut être ire du fait de l’image reine. J’utilise Insta pour poster quelques photo mais je n’y apparais plus, et souvent c’est pour partager la publication d’un article. Mais je comprends que ce réseau soit anxiogène quand on voit les gens être amoureux quand on est célibataire ( genre vous vous engueulez jamais tout est parfait bien sur !), ou partir en voyage quand on a pas les moyens … Mais il faut savoir couper, et se recentrer sur soi. Pas évident ac les réseaux sociaux.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s